Conseils aux voyageurs

Accueil » Conseils aux voyageurs

Sur cette page, vous trouverez tous les conseils pour bien préparer votre voyage en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Généralités

La Papouasie Nouvelle-Guinée reste un pays neuf pour le tourisme et particulièrement pour la forme de tourisme que nous proposons. Même dans sa version plus luxueuse, le tourisme ne concerne qu’un nombre infime de personnes et ne permet pas encore au pays de se doter de structures adaptées à cette activité.

Chaque voyageur est ici encore un précurseur, forcément éloigné des sentiers battus, et des standards internationaux… Les Papous offrent ce qu’ils ont avec une grande générosité, simplicité et enthousiasme. L’hébergement est parfois précaire, les bus ont souvent « vécu », les guides sont souvent des villageois qui vous guident à travers leurs propres territoires, armés de leurs savoirs ancestraux et dépourvus de grands discours anthropologiques… Mais tout est offert avec plus de sincérité et de cœur que n’importe où dans le monde !

Alors, il arrive que les avions soient en retard, les routes bloquées, les maisons enfumées, il arrive qu’une cérémonie se fasse attendre, mais il faut savoir dépasser ces petits tracas pour profiter d’une authenticité et d’une richesse humaine hors du commun.

Arrivée et aéroport

Visa : S’obtient à l’arrivée. En arrivant aux postes de douanes, suivre la file « visa on arrival » et présenter son passeport et son billet de sortie de Papouasie. Il est valable deux mois, sans sortie de territoire.

Aéroports et avions : Les arrivées et départs internationaux se font à Port Moresby (Jackson Airport), d’où il faut généralement redécoller pour arriver à la destination finale.

Le Terminal international compte un bureau de change, une cafétéria, les comptoirs d’Air Niugini et de PNG Airlines pour les enregistrements  internationaux et nationaux, des distributeurs automatiques d’argent, un bureau Digicel (opérateur de téléphone mobile local) ainsi que quelques boutiques de souvenirs.

En cas de transfert domestique le jour de votre arrivée internationale, nous vous conseillons de rester dans ce terminal et d’y enregistrer vos bagages pour votre prochain vol intérieur. Un comptoir d’enregistrement est dédié à cette opération qui permet de se débarrasser de ses bagages et d’obtenir en avance sa carte d’embarquement, sans faire la queue.

Le terminal « Domestic » dédié aux vols intérieurs est situé à 150 mètres du terminal international. Il contient une petite cafétéria, un distributeur automatique d’argent, et évidemment les guichets d’enregistrement. Il y a là beaucoup plus de monde que dans le terminal international et les contrôles de sécurité peuvent prendre du temps ! Une fois les bagages enregistrés et les cartes d’embarquements obtenues, il faut passer un dernier contrôle de sécurité pour accéder à la salle d’embarquement. Il faut alors être très attentif aux annonces des différents départs et demander régulièrement aux personnels si l’avion qui embarque n’est pas le sien. Ne pas se fier aux écrans !

Il est recommandé, même si l’aéroport n’est pas particulièrement intéressant, d’être toujours en avance d’au moins deux heures pour anticiper les éventuels changements d’horaires des avions. La plupart de vos vols se font avec Air Niugini ou PNG Airlines , qui sont deux compagnies très fiables au niveau sécurité, mais parfois fantaisistes dans leurs organisations…

Argent

On ne peut obtenir de l’argent que dans les villes et les devises étrangères sont inutilisables directement !!! Il faut y penser avant de se rendre dans les villages.

Change. La monnaie papoue est la Kina. 1 Euro égale à peu près 3,5 Kinas à fin septembre 2019. La Kina suit plus ou moins le cours du Dollar Australien et est donc actuellement plutôt faible. La meilleure solution pour obtenir des Kinas consiste à changer des Euros à l’aéroport, dans le grand hall du Terminal International. Le taux de change de l’aéroport est le même que dans le reste du pays et l’endroit est bien plus pratique et sûr que les banques en ville. Les banques sont un enfer (attente très longue…) en Papouasie.

Les cartes VISA / Mastercard sont très pratiques ! Il est possible de retirer jusqu’à 2000 Kinas suivant les distributeurs (distributeur « BSP = 1000 Kinas, distributeur ANZ = 2000 Kinas). On peut également les utiliser au guichet de change de l’aéroport. Il est possible de trouver des distributeurs dans chaque ville papoue, sauf Tari (où il n’est possible de retirer de l’argent que contre une commission énorme). Les hôtels et les restaurants les acceptent le plus souvent.

Budget : Difficile à établir, mais voici un ensemble de données pour vous y aider.
Un repas en hôtel coûte entre 30 et 75 Kinas (de 10 à 25 Euros), une bière 7 Kinas (2 Euros) et un soda 4,5, une bouteille de vin (australien) autour de 80 Kinas. Côté souvenirs tout est possible… Notamment sur le fleuve Sepik, où les tentations d’achats sont nombreuses… Le prix des pièces varie de 10 à 1000 Kinas… Mais au-dessus de 200 Kinas il s’agit réellement de grosses pièces, peu pratiques à transporter.

Gardez à l’esprit que l’expédition vers la France est possible avec TNT depuis Wewak, mais extrêmement coûteuse (de l’ordre de 35 Euros le Kilo).

Pourboire : Tous nos partenaires et équipes sont rétribués très correctement, dans la fourchette haute des normes en Papouasie. Le pourboire n’est donc pas obligatoire, d’autant qu’il ne s’agit pas d’une pratique courante en PNG. Cela reste pourtant, comme partout, bienvenu et fera très plaisir. Il peut également prendre la forme d’un petit cadeau, ou de boissons lors de visites …
Pour information seulement, pour son équipe au complet, 10 Kinas de pourboire par client et par jour représentent une somme correcte.

Le salaire moyen en Papouasie est de moins de 2470 Euros par an, mais cette somme ne signifie pas grand-chose dans un pays ou 85% de la population vit en auto suffisance.

Le salaire minimum pour un travail déclaré (la grande majorité de l’économie est informelle) est de 70 Euros par mois. Cette somme ne suffit absolument pas pour vivre de façon décente et indépendante en ville. Un guide gagne entre 20 et 110 Euros par jour suivant ses compétences et ses responsabilités.

Santé / Sécurité

Il est absolument impératif que vous consultiez un médecin spécialiste des maladies tropicales de faire un point sur les médicaments importants dans la région.

Santé : Le paludisme (pays en zone 3) devra être votre principale préoccupation, quel que soit votre lieu de séjour. Il est absolument impératif que vous consultiez un médecin spécialiste des maladies tropicales afin qu’il vous prescrive la profilaxie qui vous convient, qu’il faudra prendre tout au long du voyage. Il est aujourd’hui impossible de définir à quelle altitude les moustiques ne seraient plus dangereux. Il est très important d’emporter répulsifs, moustiquaire et vêtements larges et couvrants. Aucun vaccin n’est exigé pour entrer en Papouasie.

Sécurité : La Papouasie Nouvelle-Guinée a mauvaise réputation en termes de sécurité. Cette réputation est largement exagérée, mais nous vous demandons de prendre un certain nombre de précautions lors de votre séjour et surtout de suivre les conseils et décisions de vos guides, qui les prennent en connaissance de cause, toujours dans votre intérêt.

De manière générale, il faut éviter de se promener seul dans les endroits isolés, il est impossible de marcher dans les rues la nuit, et il faut être vigilant si l’on va à la banque. La solution la plus sûre lors des séjours en villes consiste à manger là où l’on dort…

Lors des longs déplacements routiers, il est utile de partir très en avance, pour éviter de se trouver bloqué sur les routes après la tombée de la nuit.

Les guerres tribales, encore très fréquentes dans les montagnes, ne concernent pas les touristes, mais mieux vaut éviter ces zones, toute situation de violence comportant des risques…

Pensez à ne pas tenter les pickpockets ou les voleurs. Il est inutile de laisser son portefeuille ou son appareil photo traîner… Mieux vaut laisser passeports, billets d’avion et grosses sommes d’argent à l’hôtel, dans le coffre ou à défaut dans un sac fermé à clé (pensez aux cadenas).

Lors des grands trajets routiers, les chauffeurs ont souvent des réticences à s’arrêter n’importe où, par peur de problèmes avec les propriétaires coutumiers, si par exemple les voyageurs urinent n’importe où ou prennent des photos sans autorisation… Cette mentalité est très Papoue, dans une société où la terre représente la seule richesse… Les chauffeurs savent où faire les pauses…

L’ambiance est beaucoup plus détendue et agréable une fois dans les villages, où la sécurité est absolue !

En cas d’urgence l’ambassade de France est là pour vous assister.

Tél : 00.675.321.55.50.
Fax : 00.675.321.55.49.
Numéro de l’agent de permanence (cellulaire) : 00.675.694.08.38.
Adresse : Defens Haus 6th Floor, Hunter Street – Port Moresby

Cartes postales / internet / téléphone

Trouver des cartes postales est souvent un problème. Seuls quelques hôtels en proposent ainsi que les bureaux de Poste et la qualité est souvent mauvaise. Une carte postale coûte un peu plus d’un Euro et son expédition près de deux Euros. Le courrier met deux à trois semaines à arriver en Europe. Les bureaux de Poste, comme toutes les administrations sont ouverts du lundi au vendredi de 9h00 à 16h.

Les connexions internet sont souvent mauvaises et les « internet cafés » restent rares à part à Port Moresby. La connexion internet wifi proposée par certains hôtels (notamment à Port Moresby) est bien meilleure. Il s’agit alors d’une carte qui est décomptée en quantité téléchargée plutôt qu’en temps de connexion.

Pour appeler en France, il faut composer le 0533 au lieu du 0033. Le plus simple consiste à utiliser le téléphone de vos guides en achetant une carte prépayée. 5 Kinas permettent de discuter quelques minutes, suffisamment pour donner quelques nouvelles. Les communications sont meilleures avec les téléphones portables qu’avec les fixes et de Papouasie vers la France que de France vers la Papouasie.

Équipement

Gardez à l’esprit que le poids maximum dans les vols intérieurs en Papouasie Nouvelle-Guinée est de 16 kilos…

Vêtements : Des vêtements légers sont suffisants pour tout le circuit, vous n’allez pas affronter de température inférieure à 15 ° et la nuit une polaire suffit. La journée les températures seront de 25/30° dans les montagnes et de plus de 30° sur le Sepik

Généralité

  • Trousse médicale de base habituelle.
  • Une polaire, une veste coupe-vent et une cape de pluie.
  • Prévoir pantalons et manches longues, notamment pour se protéger des moustiques.
  • De manière générale, les Papous sont tolérants, mais une tenue trop courte sur les jambes sera jugée provocante. Les bermudas sont l’idéal en journée.
  • Un maillot de bain, de préférence long (mi-cuisse ou genoux). Les dames ne pourront pas se baigner en bikini ou maillot de bain, prévoir un tee-shirt.

Chaussures :

  • Une paire de Tongue ou de sandales légères séchant rapidement.
  • Une paire de chaussures fermées confortables (pas obligatoire).
  • Une paire de chaussures de randonnée légères.

Indispensable :

  • Chapeau, lunettes de soleil.
  • Crème solaire.
  • Spray anti-moustiques.
  • Une serviette ou un pagne.
  • Un « sac à viande » ou drap.

Sur le Sepik il est inutile d’emmener grosses chaussures, vestes et polaires. Il est également recommandé de laisser ses papiers, cartes bleues et devises à la réception (coffre) de votre hôtel. Un sac en plus pour stocker tout cela sera utile.

Adaptateur prise locale : Le modèle des prises de courant en Papouasie Nouvelle-Guinée sont identiques à l’Australie

Petite bibliographie pour accompagner votre voyage

« Le Petit Futé Papouasie » est très utile : enquête et rédaction par Philippe Gigliotti. Il existe également un Lonely Planet « Papua New Guinea » en Anglais.
« Les Papous – Une diversité singulière » de Lorenzo Brutti, collection Découvertes Gallimard. Un excellent petit livre très pratique à emporter avec soi qui fournit une foule d’informations.
« La Faille » de Jorn Riel et « Deux saisons à l’âge de pierre » de Peter Matthiessen, bien que se déroulant du côté Indonésien éclairent tous deux la mentalité et la culture des Papous des montagnes notamment.
« De l’inégalité parmi les sociétés » de Jared Diamond offre un éclairage fascinant et original sur l’isolement et le « retard » technologique des sociétés papoues au 20 ème siècle.
« Cargo, la religion des humiliés du Pacifique » de Gérald Massadié éclaire sur les étranges « cultes du cargo » qui ont marqué le Pacifique Sud et relate quantité d’anecdotes sur la rencontre des occidentaux avec les Papous.
« A table avec les cannibales , Aventures en pays papou » de Corrado Ruggeri, Martin Du Mesnil-Oury, raconte avec humour et imagination les aventures d’un journalistes italien en PNG.
« La tribu des français vue par des Papous » de Marc Dozier, raconte la France vue par deux Papous et nous éclaire du même coup sur leur vision du monde. Les images sont magnifiques. À voir également le site : www.letourdumondedespapous.com
« Au pays des hommes blancs », Les mémoires d’un Papou en Occident., de Mundiya Kepanga
« Nouvelle-Guinée, la danse de la couleur » aux éditions Hazan. Épuisé, mais on le trouve sur internet. Un très beau livre très bien documenté.
« Les hommes oubliés d’Océanie » des Villeminot. Un peu farfelu parfois, mais quel témoignage sur la Papouasie des années 70 !!

Il y a également la littérature ethnologique, plus ardue, avec les Christian Coiffier, Pascale Bonnemère, Lorenzo Brutti, etc…

Voici les deux cartes routières que l’on peut trouver sur le pays.
PAPUA NEW GUINEA, échelle 1/2.000.000°, carte papier pliée, ITM Tourist map et
PAPUA NEW GUINEA, échelle 1/2 167 000°, carte papier pliée, Country map Editions.

Bien sûr, vos guides et équipes seront toujours heureux de vous entendre leur proposer poliment quelques améliorations dans leur fonctionnement.

Sélection de livres sur la Papouasie Nouvelle-Guinée